Le Forum d'ADEPA
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.


Forum d'entraide pour les Personnes Amputées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    

Activités physiques, ludiques, conviviales ...

consultez l'agenda d'ADEPA...

Messages privés inattendus: il peut s'agir de piratage!

Signalez!


 

 L'image de l'infirmière empathique

Aller en bas 
AuteurMessage
JP (alias "droledepied")
Actif
JP (alias

Nombre de messages : 2302
Age : 67
Localisation : Ile de France
Type d'amputation : Trans-métatarsienne (en 2009) puis ATCT (en 2011) et enfin tibiale (en 2013).
Date d'inscription : 20/10/2009

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyDim 15 Fév 2015 - 23:21

alexiaeide a écrit:
"En quoi la nouvelle image corporelle induite par l'amputation impacte-t-elle la relation soignant-soigné" ?

Donc l'image corporelle d'un patient serait en relation avec la relation qu'il a avec le personnel soignant ? Et la modification de cette image corporelle modifierait cette relation ?

Ce sont des affirmations que je trouve bien hardies, pour ne pas dire étranges !

D'après mon expérience du système médical, l'infirmière exécute strictement les consignes qui lui sont données par le médecin ou son représentant. Et même ça, elle a bien du mal à le faire, souvent par manque de temps. Son unique préoccupation est de ne jamais enfreindre le règlement. C'est la seule chose qui compte vraiment. Et aussi, de déranger le toubib le plus rarement possible.

De toutes façon, les séjours sont de plus en plus courts, la relation reste purement technique. Et en termes de temps passé, on voit plus les aides-soignantes que les infirmières.

L'image corporelle du patient ou sa situation médicale n'ont aucune influence : dans leur grande majorité, ce sont des techniciennes (parfois des techniciens), souvent compétents (mais pas toujours), qui ne peuvent pas établir une relation avec le patient. Et il ne faut surtout pas que cette relation soit établie car cela pourrait nuire à la qualité de leur travail et à l'efficacité du service.

Le patient, pour elles comme pour tous les acteurs du système, est simplement une matière première comme une autre, indispensable au fonctionnement de la machine et donc à la pérennité du système. Il faut le ménager mais il ne faut surtout pas qu'il soit gênant.

Il est hors de question d'établir la moindre relation avec lui, même superficielle. Et encore moins que cette relation puisse être influencée par son image corporelle.  C'est une relation de prestataire de service : Il me fournit du travail, alors on lui mesure les constantes, on lui distribue des médocs (que ce soit les bons ou pas n'a aucune importance pourvu qu'ils soient prescrits), éventuellement on le panse mais uniquement quand on en a reçu l'ordre, et c'est tout.

Et on passe vite au suivant pour essayer de trouver le temps de souffler un peu. C'est juste de l’abatage.

L'avantage de cette situation c'est que le patient est dans une position vulnérable et que les valides sont en position de force et d'autorité. C'est commode pour faire ce qu'on veux : Tout passe, et même le pire.


L'image de l'infirmière empathique et dévouée appartient complètement à l'image d’Épinal.

Désolé de casser le mythe.

_________________
Jean-Pascal
"Le premier échec, c'est de ne pas essayer"

"On ne résout jamais un problème sans en créer dix autres" (George Bernard Shaw, portant un toast à Albert Einstein dans les années 20)
"Les miracles, il faut les faire soi-même". (Titre du livre de Sina Trinkwalder, Droemer, 2013, [Wunder muss man selber machen]).
"Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir. Autrement dit, plus ça rate, plus on a des chances que ça marche" (devise Shadock).
"Les malades n'ont pas le temps d'être patients"

Bien faire et laisser braire
Revenir en haut Aller en bas
JLO
Modérateur
JLO

Nombre de messages : 1397
Age : 73
Localisation : Hérault
Type d'amputation : amputation fémorale droite
Date d'inscription : 24/05/2005

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyLun 16 Fév 2015 - 9:33

Salut JP

Tout d'abord, devant le questionnement d'alexiaide ""En quoi la nouvelle image corporelle induite par l'amputation impacte-t-elle la relation soignant-soigné" je ne vois pas ce qui te permt d'inférer que " l'image corporelle d'un patient serait en relation avec la relation qu'il a avec le personnel soignant ?
C'est aussi une affirmation assez hardie où la logique fait défaut.
C'est un peu comme la pub pour la loterie nationale "Tous les gagnants ont joué" où imagine naturellement la suite "tous les joueurs vont gagner"
Mais c'est là un problème de logique pure, laissons le de côté.
Quant aux infirmiers et infirmières, tu en as une bien piètre opinion!
Que l'accroissement du travail, le manque d'effectif, le peu de reconnaissance qu'ils ont en aigrisse certains, c'est compréhensible.
De là à partir sur des généralités je pense que tu es allé trop loin.
Tes expériences ont sans doute été mauvaises, elles n'impliquent pas que ça se passe tout le temps et partout comme ça.
Tiens, une preuve de l'empathie des infirmier(e)s: que penses-tu du nombre important d'élèves qui viennent sur le forum avec comme sujet de mémoire de fin d'étude "en quoi l'infirmière peut aider dans prise en charge du patient amputé"
Non, là JP, sur ce coup, je sens le flamewar.

Amitiés Smile
Jean-Luc

_________________
Jean-Luc
C-Leg v3/ Variflex XC
W650/Squire ST2


Dernière édition par JLO le Lun 16 Fév 2015 - 18:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://jl.obadia.free.fr/
Fred
Modérateur
Fred

Nombre de messages : 802
Age : 51
Localisation : Alsace (68)
Type d'amputation : RAK
Date d'inscription : 20/11/2006

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyLun 16 Fév 2015 - 18:19

Je te trouve un peu dur aussi là JP... mais tu décris cependant une réalité qui n'a rien d'exagéré.
Par relation soignant-soigné il s'agit plutôt ici des rapports quotidiens, des attitudes ... car on peut faire bien son boulot avec le sourire, ou sans, ou le faire moins bien en faisant la gueule, ou avec le sourire...

Jean-Luc, je crois que le terme exact est "flamewar" Wink

_________________
       N'est grave que ce qu'on veut bien considérer comme tel.            (Xavier Patier)
Revenir en haut Aller en bas
JLO
Modérateur
JLO

Nombre de messages : 1397
Age : 73
Localisation : Hérault
Type d'amputation : amputation fémorale droite
Date d'inscription : 24/05/2005

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyLun 16 Fév 2015 - 18:40

Fred a écrit:
Jean-Luc, je crois que le terme exact est "flamewar" L'image de l'infirmière empathique Icon_wink

C'est bien ce que je disais, non?
Very Happy 
Bon, je sors lol!

_________________
Jean-Luc
C-Leg v3/ Variflex XC
W650/Squire ST2
Revenir en haut Aller en bas
http://jl.obadia.free.fr/
JLO
Modérateur
JLO

Nombre de messages : 1397
Age : 73
Localisation : Hérault
Type d'amputation : amputation fémorale droite
Date d'inscription : 24/05/2005

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyLun 16 Fév 2015 - 21:21

Euh, j'avoue avoir hypocritement modifié mon message.

_________________
Jean-Luc
C-Leg v3/ Variflex XC
W650/Squire ST2
Revenir en haut Aller en bas
http://jl.obadia.free.fr/
JP (alias "droledepied")
Actif
JP (alias

Nombre de messages : 2302
Age : 67
Localisation : Ile de France
Type d'amputation : Trans-métatarsienne (en 2009) puis ATCT (en 2011) et enfin tibiale (en 2013).
Date d'inscription : 20/10/2009

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyMar 17 Fév 2015 - 0:17

JLO a écrit:
Salut JP

Tout d'abord, devant le questionnement d'alexiaide ""En quoi la nouvelle image corporelle induite par l'amputation impacte-t-elle la relation soignant-soigné" je ne vois pas ce qui te permt d'inférer que " l'image corporelle d'un patient serait en relation avec la relation qu'il a avec le personnel soignant ?
C'est aussi une affirmation assez hardie où la logique fait défaut.
C'est un peu comme la pub pour la loterie nationale "Tous les gagnants ont joué" où imagine naturellement la suite "tous les joueurs vont gagner"
Mais c'est là un problème de logique pure, laissons le de côté.
Quant aux infirmiers et infirmières, tu en as une bien piètre opinion!
Que l'accroissement du travail, le manque d'effectif, le peu de reconnaissance qu'ils ont en aigrisse certains, c'est compréhensible.
De là à partir sur des généralités je pense que tu es allé trop loin.
Tes expériences ont sans doute été mauvaises, elles n'impliquent pas que ça se passe tout le temps et partout comme ça.
Tiens, une preuve de l'empathie des infirmier(e)s: que penses-tu du nombre important d'élèves qui viennent sur le forum avec comme sujet de mémoire de fin d'étude "en quoi l'infirmière peut aider dans prise en charge du patient amputé"
Non, là JP, sur ce coup, je sens le flamewar.

Amitiés Smile
Jean-Luc

Salut Jean-Luc,

Je comprends parfaitement ta position mais je ne la partage pas.

Le monde médical a changé, et il change encore, et de plus en plus vite. Il change beaucoup sous la pression économique considérable en provenance de tous les acteurs, mais pas seulement. Globalement, les médecins s'accrochent tant qu'ils le peuvent à leur pouvoir absolu mais ils sont sous la coupe des administratifs et des gestionnaires des structures auxquels ils doivent donc rendre des comptes. Leurs décisions sont donc dictées par une logique économique, teintées bien sûr de considérations médicales. Ils sont aussi soumis à une pression politique qu'ils réfutent de toutes leurs forces.

Mais leur opinion sur les patients n'a pas changé : ils les tiennent le plus souvent comme quantité négligeable, avec parfois même un mépris et un cynisme clairement affirmé. Le corporatisme l'emporte toujours sur tout autre considération. Leur énorme pouvoir et autorité entraine forcément l'ensemble des équipes qu'ils dirigent sur les même chemins.

Ces généralités sont heureusement contredites par quelques hommes et femmes exceptionnels qui dénotent dans cette marée douteuse par leur humanisme et leur dévouement. Leur grande rigueur est dans ce cas toujours servi par une très grande compétence. Ils accomplissent un immense travail bénéfique mais malheureusement, ces quelques grands arbres n'entrainent pas la forêt dans leur sillage.

Oui, je ne cache pas ma déception : avant cette "aventure", je ne voyais pas du tout notre système de santé de cette manière. Comment est ce chez nos voisins ? J'aimerais le savoir.

Par contre, je ne connaissait pas le mot "Flamewar" qui n'existe pas chez nos amis British, en tout cas pas dans les dictionnaires, mais qui existe chez Wikipedia :

"Le flaming, anglicisme que l'on peut traduire par « propos inflammatoire », est une pratique consistant à poster des messages délibérément hostiles, insultants et généralement avec l'intention de créer un conflit sur un groupe de discussion (sur Usenet), un forum (sur un site web) ou une liste de diffusion (par courrier électronique). De tels messages sont appelés flames. Une séquence d'échange de flames est connue sous le nom de flame war. Il s'agit généralement d'une « explication » ou « engueulade »1 entre contributeurs.

Le flaming n'a jamais pour but d'être constructif, d'éclaircir une situation ou de convaincre quelqu'un. La motivation du flaming n'est pas dialectique mais plutôt sociale ou psychologique. Les « flameurs » essayent de s'imposer par la force, l'intimidation, la dissuasion ou la persuasion plutôt que par la discussion."

Non, mon propos n'est pas d'enflammer le forum et encore moins de créer un conflit. Non, je ne cherche pas à m'imposer, et surtout pas par la force. Non, je ne cherche pas à convaincre non plus, c'est vrai. J'exprime simplement mon sentiment personnel sans langue de bois. Et bien sûr ces propos n’engagent que moi.

Il est vrai que ces propos sont un peu rudes, difficiles à entendre, mais plus je fréquente "le milieu", plus ce sentiment se renforce. J'étais un peu naïf et je suis tombé des nues : non le patient n'est pas au centre du système médical comme prétend le placer la loi de 2005, il en est juste l'aliment, et grâce au contribuable qui le seconde, il en est le combustible.

J'arrête là car je ne veux ni polémiquer ni "enflammer".

J'ai rencontré et je rencontre encore des gens exceptionnels, des magiciens extraordinaires et ces rencontres me transportent, me font pousser des ailes, mais j'ai clairement perdu mes illusions sur le système.

Mais mes illusions sur les gens ? non pas encore.

_________________
Jean-Pascal
"Le premier échec, c'est de ne pas essayer"

"On ne résout jamais un problème sans en créer dix autres" (George Bernard Shaw, portant un toast à Albert Einstein dans les années 20)
"Les miracles, il faut les faire soi-même". (Titre du livre de Sina Trinkwalder, Droemer, 2013, [Wunder muss man selber machen]).
"Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir. Autrement dit, plus ça rate, plus on a des chances que ça marche" (devise Shadock).
"Les malades n'ont pas le temps d'être patients"

Bien faire et laisser braire
Revenir en haut Aller en bas
catherine
Actif
catherine

Nombre de messages : 1115
Age : 63
Localisation : Ambronay 01 - AIN
Type d'amputation : Biliatérale tibiale traumatique en 1990. Pieds Triton classe 3 - Otto Bock.
Date d'inscription : 22/07/2007

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyMar 17 Fév 2015 - 1:23

Il est tard, bien que sur le point de quitter mon écran, j'ai lu vos échanges JLO - JP - FRED-

Sans doute avez vous raison tous les deux JLO et JP.

Force est de constater que les propos de JP sont fondés sur des éléments de réflexions vrais dans le contexte socio-économique.

Pour décrire ce que nous savons tous, et pouvons tous dire un jour où l'autre du système, voici un autre témoignage : Ma fille a travaillé en l’hôpital, et travaille aujourd'hui en maison de retraite. Elle me dit qu'elle aimerait avoir huit membres au lieu de quatre et surtout avoir du temps pour faire son travail (prendre soin)  qu'elle avait envie de faire, pour lequel elle a été formée... elle me dit faire le mieux possible, bien consciente que le mieux.... ce n'est pas tout. Elle ne s'en satisfait pas, et les patients dont elle doit prendre SOIN ne doivent pas être tous les jours satisfaits... et heureux. Soignants et soignés souffrent.

Pour revenir directement à tes propos, ta vision J-P me semble équilibrée dans la mesure où pour contrebalancer les élèments "négatifs" du système tu notes :
Citation :
"Ces généralités sont heureusement contredites par quelques hommes et femmes exceptionnels qui dénotent dans cette marée douteuse par leur humanisme et leur dévouement. Leur grande rigueur est dans ce cas toujours servi par une très grande compétence. Ils accomplissent un immense travail bénéfique mais malheureusement, ces quelques grands arbres n'entrainent pas la forêt dans leur sillage."
Tu n'es pas une personne aigrie ou un misanthrope :
Citation :
"J'ai rencontré et je rencontre encore des gens exceptionnels, des magiciens extraordinaires et ces rencontres me transportent, me font pousser des ailes, mais j'ai clairement perdu mes illusions sur le système."

"Mais mes illusions sur les gens ? non pas encore.
OH oui tu as mille fois raison ! Gardons l'espoir que toutes ces belles petites pousses d'humanité ne soient pas étouffées et que se soit encore le bonheur de les voir !
Revenir en haut Aller en bas
JLO
Modérateur
JLO

Nombre de messages : 1397
Age : 73
Localisation : Hérault
Type d'amputation : amputation fémorale droite
Date d'inscription : 24/05/2005

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyMar 17 Fév 2015 - 9:04

Bonjour
J'ai déplacé le sujet afin de ne pas trop perturber le message initial.
Je répondrai un peu plus tard 
:-)

_________________
Jean-Luc
C-Leg v3/ Variflex XC
W650/Squire ST2
Revenir en haut Aller en bas
http://jl.obadia.free.fr/
JLO
Modérateur
JLO

Nombre de messages : 1397
Age : 73
Localisation : Hérault
Type d'amputation : amputation fémorale droite
Date d'inscription : 24/05/2005

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyMar 17 Fév 2015 - 13:26

Bien, je reprends le fil de discussion

JP, i y a plusieurs points avec les quels je ne suis pas d'accord:
Tu écris: Et la modification de cette image corporelle modifierait cette relation ?
Rien dans le questionnement d'alexia ne te permet ce renversement.

Ton approche du comportement infirmier a été conditionné par tes (sans doute mauvaises) expériences hospitalières. La généralisation me semble abusive.
L"'infirmière", telle que tu la décris, devient maintenant ton image d'Epinal.
Sur les 600000 infirmiers recensés en France pour 2014 plus d'un tiers travaille hors secteur hospitalier: tu en as la même image?

Je suis bien d'accord avec toi sur les conditions de travail qui aboutissent à une démotivation mais l'image péremptoire que tu as (que tu donnes) de l'infirmier(e) risque d'être outrageante pour les ide qui viennent pêcher ici matière à leur travail.

Amitiés Smile
Jean-Luc 

PS: concernant le "Flamwar" le mot était mal choisi, sachant très bien que ton propos n'est pas d'enflammer le forum.

_________________
Jean-Luc
C-Leg v3/ Variflex XC
W650/Squire ST2
Revenir en haut Aller en bas
http://jl.obadia.free.fr/
JP (alias "droledepied")
Actif
JP (alias

Nombre de messages : 2302
Age : 67
Localisation : Ile de France
Type d'amputation : Trans-métatarsienne (en 2009) puis ATCT (en 2011) et enfin tibiale (en 2013).
Date d'inscription : 20/10/2009

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyMer 18 Fév 2015 - 0:44

Bonsoir Jean-Luc,

Oui, je trouve dangereux de laisser croire aux élèves infirmières qu'elles embrassent un métier où elles seront les héroïnes victorieuses d'une croisade contre le mal et la souffrance.

Et bien évidemment, mon propos n'est pas d'outrager une profession ni de ternir son image.

J'aimerais leur dire que ce métier est dur et ingrat, que les patients ne sont pas la cause la situation difficile dans laquelle elles se trouvent, et qu'il leur faut choisir un autre métier si elles ne sont pas prêtes à faire face loyalement à ces difficultés.

Celles qui auront choisi d'exercer à l’hôpital ou en institution seront plutôt des none-soldats que des super-héroïnes, que leurs pouvoirs seront extrêmement limités, et limités entre autre par une obéissance totale et absolue à l'autorité médicale. Leur grosse charge de travail, ainsi que leurs rythmes seront évidemment d'autres facteurs limitants.

Mais en échange, elles ont aussi un immense et fascinant pouvoir sur leur patients : elles peuvent effectivement leur venir en aide et les soulager, tout comme devenir instantanément leur bourreaux et rajouter ainsi une couche de plus à leur difficultés. Ces situations existent couramment, je l'ai constaté moi même, et les comportements que j'ai constatés ne sont rien à côté de ceux que l'on m'a rapporté.

Le patient est dans une situation tellement vulnérable et dépendante, aussi bien physiquement que psychologiquement, qu'il ne peut émettre la moindre protestation. Il doit tout encaisser et éventuellement de la maltraitance en plus, qu'elle soit exercée de manière consciente et volontaire ou non.

La fascination du pouvoir n'agit pas seulement sur les acteurs du monde politique ou des affaires : les intervenants du système médical ont eux aussi un pouvoir immense sur des personnes particulièrement vulnérables et cette position de dominant est un des aspects du métier qui attirent les candidats, il ne faut pas se voiler la face. Les dérapages, petits et grands, sont fréquents et innombrables.

Et il est d'une grande naïveté, pour ne pas dire d'un cynisme achevé, de demander à ce système médical, et à leur bras armé les infirmières, de consigner et de répertorier ces "non-conformités", ces "évènements indésirables" qui surviennent à tout moment. Non seulement elles n'en n'ont pas le temps, mais aussi pas la moindre envie de fourbir des bâtons pour se faire battre ou encore de mettre en cause d'autres rouages de la corporation. Et de toutes façons, leur rôle n'est pas là : elles ne sont ni comptables, ni rapporteuses mais soignantes. Évidemment, en l'absence d'un constat objectif la situation ne peux pas évoluer.

A trois reprises, j'ai eu "la chance" de connaitre l’hôpital non pas à la suite de la survenue d'une catastrophe (maladie ou accident) mais à ma demande, pour (tenter d') améliorer une situation existante. Mon point de vue de patient s'est donc trouvé radicalement différent de celui des autres, et bien entendu, mes attentes aussi. J'étais donc probablement moins "aveuglé par le malheur", plus extérieur à ma propre situation car j'étais dans une situation que j'avais choisie en toute conscience et parfaitement librement. Je pense avoir été un observateur plus lucide et plus objectif que si j'avais été la partie prenante passive et impuissante de la situation dramatique qu'est une amputation.

Mais objectivement, deux de ces trois expériences hospitalières n'ont pas été réellement mauvaises, elles ont été surtout décevantes, "dé-illusionantes" si j'ose dire. Et c'est bien cette déception objective que j'exprime: Non, le monde de l’hôpital n'est pas le monde des Bisounours ! Non, il n'y a ni la place, ni le temps, ni la possibilité d'établir une relation soignant - soigné réellement "humaine" comme on le souhaiterait tous.

Car le sujet n'est pas là, tout simplement : Il faut soigner. C'est un geste qui est devenu à la fois technique et économique et donc la réponse est nécessairement dans les mêmes termes. L'institution va donc demander à ses employés (médecins et auxiliaires) des compétences et de la rentabilité. Et je doute fort que les écoles préparent leurs élèves à autre chose que de répondre à cette double demande. Ce serait mentir que de faire miroiter autre chose.

Je ne connais pas assez le monde des infirmières libérales pour avoir un avis fondé car je ne l'ai que très peu fréquenté. Mais là, le contexte est tout autre: Le geste technique est souvent plus simple, la contrainte hiérarchique quasi-inexistante, mais la contrainte administrative et économique est très forte. J'imagine que là, une relation humaine relativement superficielle doit pouvoir s'établir.

Pour finir je voudrais revenir au point de départ de cette discussion qui était le sujet qu'Alexia, élève d'IDE, annonce pour être son mémoire de fin d'études :
Citation :
"En quoi la nouvelle image corporelle induite par l'amputation impacte-t-elle la relation soignant-soigné" ?

Il est clairement affirmé ici que l'image corporelle impacte la relation soignant-soigné, c'est même le postulat de départ, et le sujet du travail de fin d'études est ce questionnement, et seulement ce questionnement : "En quoi la nouvelle image modifie t elle cette relation ?"

C'est bien ce postulat qui m'a fait réagir : La relation qu'une infirmière aurait avec son patient serait donc dépendante de l'image corporelle du patient ? Un vieillard souillé par son incontinence ou par sa démence aurait droit à une relation différente avec le soignant que celle d'un individu plus jeune ou d'une personne plus avenante ? Une "pathologie" spectaculaire comme l'amputation aurait meilleure presse (ou moins bonne) que la psychiatrie ou la médecine interne qui n'affecte pas l'image corporelle de la même manière ?

Ce postulat me semble complètement erroné et de fil en aiguille, j'ai enchainé sur d'autres clichés erronés qui collent aux basques du métier d'infirmière.

J'espère que tu ne m'en voudras pas.

Bien amicalement
JP

_________________
Jean-Pascal
"Le premier échec, c'est de ne pas essayer"

"On ne résout jamais un problème sans en créer dix autres" (George Bernard Shaw, portant un toast à Albert Einstein dans les années 20)
"Les miracles, il faut les faire soi-même". (Titre du livre de Sina Trinkwalder, Droemer, 2013, [Wunder muss man selber machen]).
"Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir. Autrement dit, plus ça rate, plus on a des chances que ça marche" (devise Shadock).
"Les malades n'ont pas le temps d'être patients"

Bien faire et laisser braire
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyMer 18 Fév 2015 - 6:25

Car le sujet n'est pas là, tout simplement : Il faut soigner.


... Et ce n'est pas simple, justement, dans le contexte ainsi exposé. Cette nouvelle image corporelle ; c'est en partie à nous, soignants, puisque nous sommes présents, de contribuer à la en faire un élément de la relation, lui donner naturellement sa place sans lui donner toute la place. Car au fond, tout en nous se tapis toujours en embuscade pour conquérir toute la place.

Il faut soigner, mais on ne peut pas soigner sans ce jeu de miroirs entre les personnes qui nous construis en même temps les uns les autres. Dans le système que tu décrit, JP, on ne peux qu'administrer une technique (très couteuse). Si on soignait vraiment ça ne rapporterait pas derche aux cliniques (ou plus précisément à leurs actionnaires).
Heureusement il y a aussi beaucoup d'humanité (faut presque faire ça en douce, parfois) parmi le personnel soignant et les établissements jouent tout de même un peu le rôle que les patients sont en droit d'attendre d'eux. Mais que c'est difficile.
Revenir en haut Aller en bas
catherine
Actif
catherine

Nombre de messages : 1115
Age : 63
Localisation : Ambronay 01 - AIN
Type d'amputation : Biliatérale tibiale traumatique en 1990. Pieds Triton classe 3 - Otto Bock.
Date d'inscription : 22/07/2007

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyMer 18 Fév 2015 - 11:26

Je trouve ce débat fort intéressant et vos échanges de qualité.
C'est bien qu'il trouve sa place ici, sur notre forum.
Revenir en haut Aller en bas
JLO
Modérateur
JLO

Nombre de messages : 1397
Age : 73
Localisation : Hérault
Type d'amputation : amputation fémorale droite
Date d'inscription : 24/05/2005

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyVen 20 Fév 2015 - 9:48

Droledepied a écrit:
C'est bien ce postulat qui m'a fait réagir : La relation qu'une infirmière aurait avec son patient serait donc dépendante de l'image corporelle du patient ? Un vieillard souillé par son incontinence ou par sa démence aurait droit à une relation différente avec le soignant que celle d'un individu plus jeune ou d'une personne plus avenante ? Une "pathologie" spectaculaire comme l'amputation aurait meilleure presse (ou moins bonne) que la psychiatrie ou la médecine interne qui n'affecte pas l'image corporelle de la même manière ?

JP
Je reprends tes propos, pas du tout dans un sens polémique, tu t'en doutes, mais pour essayer de voir plus clair dans nos points de vue différents.
L'image du handicapé amputé, la nouvelle image corporelle que l'amputé doit se forger, sont des sujets qui ont été souvent débattus sur le forum.
Pourquoi voudrais-tu que le regard de l'infirmier(e) soit si différent de celui de monsieur tout le monde?
J'imagine très bien que son regard, et donc l'affect qui en découle (rejet, pitié, intérêt, dégout, etc.) puisse influer sur son comportement. C'est une question intéressante qu'elle a le mérite de soulever.
Cette même question peut s'appliquer (comme tu le soulignes) à des tas d'autres aspects du handicap (cécité, débilité ...) de la maladie ou du vieillissement. Il n'est pas dit que les comportements soient les mêmes dans ces cas là.
Ce pourait être l'objet d'une vaste étude


Amitiés Smile
Jean-Luc

_________________
Jean-Luc
C-Leg v3/ Variflex XC
W650/Squire ST2
Revenir en haut Aller en bas
http://jl.obadia.free.fr/
JP (alias "droledepied")
Actif
JP (alias

Nombre de messages : 2302
Age : 67
Localisation : Ile de France
Type d'amputation : Trans-métatarsienne (en 2009) puis ATCT (en 2011) et enfin tibiale (en 2013).
Date d'inscription : 20/10/2009

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptyVen 20 Fév 2015 - 23:27

JLO a écrit:
...
Pourquoi voudrais-tu que le regard de l'infirmier(e) soit si différent de celui de monsieur tout le monde?
J'imagine très bien que son regard, et donc l'affect qui en découle (rejet, pitié, intérêt, dégout, etc.) puisse influer sur son comportement. C'est une question intéressante qu'elle a le mérite de soulever.
....
Salut Jean-Luc,

Le regard du professionnel est forcément différent de celui qui n'est pas "du sérail", même si j'imagine que le coté humain "personnel" n'est jamais très loin du nécessaire détachement objectif que doit avoir le "pro".

Le professionnel n'a surtout pas besoin que l’affect perturbe son geste. Il ne peut pas non plus s'investir dans une relation avec des gens qui passent, il doit garder de la distance sous peine de se noyer, de se perdre. Il doit être relativement blindé même si il est et reste sensible à la souffrance qui l'entoure. D'autant plus que le geste technique qu'il exécute est bien souvent une source de douleur.

Oui, c'est évident, son regard influe influe sur son comportement, même si évidemment, ça ne devrait pas être le cas. L'humain, avec toutes ses imperfections et donc sa richesse, reste au centre du débat.


A propos de l'image de l'amputé, du regard qu'il porte sur lui même, et donc du regard des autres, j’aimerais citer un court extrait d'une conversation que Benoit Walther (secrétaire de l'association ASSEDEA) a eu avec Blandine Bricka (extraite du livre "L'art d'être différent" chez Eres, page 108) :

"[...] Je ne pense pas qu'il faille se focaliser sur cette notion d'affronter le regard. Pour moi, le regard, traduit ou pas en mots, c'est le regard sur soi. Il faut arrêter de penser qu'il y a un regard des autres. Le "regard des autres" ça ne veut rien dire. C'est une expression qui implose entre ce singulier du regard et ce pluriel des autres. C'est inconciliable. Qui sont "les autres" sinon la manière dont vous les ressentez ? L'image que l'on renvoie est celle que voient les gens. Moi je le sais parce que les gens voyaient ce que j'avais décidé qu'ils verraient, cette image de quelqu'un de normal.[...]" 

Je suis complètement en phase avec lui. Le regard des autres n'existe pas : c'est notre propre regard sur nous même que l'on ressent, renvoyé par l'autre comme par un miroir.

_________________
Jean-Pascal
"Le premier échec, c'est de ne pas essayer"

"On ne résout jamais un problème sans en créer dix autres" (George Bernard Shaw, portant un toast à Albert Einstein dans les années 20)
"Les miracles, il faut les faire soi-même". (Titre du livre de Sina Trinkwalder, Droemer, 2013, [Wunder muss man selber machen]).
"Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir. Autrement dit, plus ça rate, plus on a des chances que ça marche" (devise Shadock).
"Les malades n'ont pas le temps d'être patients"

Bien faire et laisser braire


Dernière édition par JP (alias "droledepied") le Sam 21 Fév 2015 - 8:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 5:55

Mais moi j'ai besoin que l'affect perturbe mon geste!!! mon geste est nouveau à chaque fois à cause de cela. Je me noie et me perd parfois, mais après 25 ans de ce jeu, non seulement je ne suis pas blindé mais j'ai en moi tellement de gens que je me sens comme une grande bibliothèque de gestes. C'est professionnellement très très agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 6:21

"Cette même question peut s'appliquer (comme tu le soulignes) à des tas d'autres aspects du handicap (cécité, débilité ...) de la maladie ou du vieillissement. Il n'est pas dit que les comportements soient les mêmes dans ces cas là.
Ce pourrait être l'objet d'une vaste étude"



Non, ce n'est pas dit. Pourtant, et pardonnez moi je si semble simpliste, il me semble qu'il ne s'agit que de bon sens (et c'est peut être pour cela que la profession est plutôt féminine) devant ce qui est nécessaire pour vivre, les difficultés, les relations... Transpose toutes ces difficultés aux personnes qui te sont les plus proches et reconsidère les, et ensuite considère que ce sont les gens dont tu as la charge, qui sont a ce moment précis ceux qui te sont les plus proches, qui ont des difficultés et reconsidère les. C'est presque un exercice de yoga, ça : ça te laisse neuf à chaque fois car chaque fois est un nouvel instant, indépendant de tous les autres, mais dont tu t’enrichis à chaque fois.


Putain je cause comme un curé, là!!!!!
Revenir en haut Aller en bas
Jean-Michel B
Actif
Jean-Michel B

Nombre de messages : 332
Age : 61
Localisation : Côte d'Or
Type d'amputation : fémorale droite
Date d'inscription : 11/01/2015

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 9:11

Je crois que l'empathie est diverse, mais à la base innée.
On peut la travailler, la développer, mais si on n'a pas naturellement d'empathie, on n'en aura pas sauf grand évènement, gros accident de la vie qui amène à voir tout ça sous un angle différent ensuite. Tout le monde peut changer.

Ensuite l'empathie est souvent sélective, il y a des gens qui s'émeuvent de croiser un chat errant ou un chien sans collier mais ne se retournent pas sur un SDF allongé sur une bouche de métro, sans même se demander s'il dort ou s'il est mort et réciproquement.

Et les soignants sont juste une tranche de la population, un extrait d'humanité et on trouve parmi eux tous les comportements du reste de la population.

Par conséquent on trouvera une minorité d'infirmières globalement empathiques, une minorité pas du tout et une grande majorité sélectivement empathique: plutôt les bébés, plutôt les personnes âgées, plutôt les "condamnés" (par exemple cancer sans issue, etc...), plutôt les handicapés, etc...

Pourquoi sélectivement empathiques? Probablement parce-que l'empathie a une dimension psychologique importante, peut résulter d'un vécu refoulé, une aventure familiale personnelle qui a marqué: la maladie ou l'accident d'un être cher, ne pas avoir pu avoir d'enfants, etc... Et on projette sur les patients ces sentiments refoulés.

Après on peut avoir une empathie naturelle et ne pas pouvoir l'exprimer compte tenu de la situation actuelle que l'on connaît à l'hôpital ou dans bien des maisons de retraite (pression de l'encadrement, temps limité, moyens insuffisants.....).
Même si l'empathie transparaît alors malgré tout derrière un sourire, un geste, une parole.

C'est un peu de la psychologie de comptoir, simplifiée, mais elle résume mon sentiment et mon avis sur la question.

_________________
Arrow  Et la vie continue... thumright
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 9:32

Ta psychologie de comptoir me semble assez juste, tout de même.
Revenir en haut Aller en bas
JLO
Modérateur
JLO

Nombre de messages : 1397
Age : 73
Localisation : Hérault
Type d'amputation : amputation fémorale droite
Date d'inscription : 24/05/2005

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 9:52

JP a écrit:
Je suis complètement en phase avec lui. Le regard des autres n'existe pas : c'est notre propre regard sur nous même que l'on ressent, renvoyé par l'autre comme par un miroir.

Ce qui ne peut empêcher les à priori négatifs (ou parfois exagérément positifs comme pour les devotees) qui ne sont pas motivés par le regard que le handicapé porte sur lui-même.
Cette première réaction (celle qui suit la vue, donc le regard) des "autres", tu n'en es pas forcément responsable. Ce n'est que par la suite, lorsqu'une relation s'établit, aussi mince soit-elle, que tu peux, par l'image que tu as de toi, changer le regard des autres.

Amitiés Smile
Jean-Luc

_________________
Jean-Luc
C-Leg v3/ Variflex XC
W650/Squire ST2
Revenir en haut Aller en bas
http://jl.obadia.free.fr/
RBK
Actif
RBK

Nombre de messages : 926
Localisation : Suisse
Type d'amputation : RBK 1987
Date d'inscription : 22/04/2008

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 12:00

jean luc a écrit:
Mais moi j'ai besoin que l'affect perturbe mon geste!!! 

Pas certain que l'on puisse considérer un prothésiste comme un soignant, ça peut expliquer une approche différente.

_________________
RBK
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 13:11

Ben merdalors! si t'as raison je me suis trompé de voie... Le pire est que t'as peut être raison, mais ça va quand même, j'espère, en vexer plus d'un.

Pour ma part, je suis également ergothérapeute... ouf!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 16:15

En fait c'est pas faux, un prothésiste c'est un mec qui fait du tuning corporel lol!
Revenir en haut Aller en bas
JP (alias "droledepied")
Actif
JP (alias

Nombre de messages : 2302
Age : 67
Localisation : Ile de France
Type d'amputation : Trans-métatarsienne (en 2009) puis ATCT (en 2011) et enfin tibiale (en 2013).
Date d'inscription : 20/10/2009

L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique EmptySam 21 Fév 2015 - 19:18

grand pierre a écrit:
... un prothésiste c'est un mec qui fait du tuning corporel lol!

Oui, et ça soigne l'âme et le corps !

_________________
Jean-Pascal
"Le premier échec, c'est de ne pas essayer"

"On ne résout jamais un problème sans en créer dix autres" (George Bernard Shaw, portant un toast à Albert Einstein dans les années 20)
"Les miracles, il faut les faire soi-même". (Titre du livre de Sina Trinkwalder, Droemer, 2013, [Wunder muss man selber machen]).
"Ce n'est qu'en essayant continuellement que l'on finit par réussir. Autrement dit, plus ça rate, plus on a des chances que ça marche" (devise Shadock).
"Les malades n'ont pas le temps d'être patients"

Bien faire et laisser braire
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




L'image de l'infirmière empathique Empty
MessageSujet: Re: L'image de l'infirmière empathique   L'image de l'infirmière empathique Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
L'image de l'infirmière empathique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Transfert d'image sur t-shirt
» /!\ LIRE CECI AVANT DE POSTER UNE PHOTO/IMAGE /!\
» Mettre divers contours autour d'une image ou photo.
» Image représentative de la Bretagne
» une autre image !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum d'ADEPA :: Société - Vie quotidienne :: Débats de société-
Sauter vers: