Forum d'entraide pour les Personnes Amputées
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion    

Activités physiques, ludiques, conviviales ...

consultez l'agenda d'ADEPA...

Messages privés inattendus: il peut s'agir de piratage!

Signalez!


Partagez | 
 

 Le grand froid de février

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le grand froid de février    Mer 13 Juin 2012 - 10:48

Une petite qu'a vraiment rien à voir avec l'appareillage


Panne de chauffage


Ce matin il gelait par moins 15° autour de la maison. Normal, quand même pour un mois de février lorsqu'on vit en lorraine. Mais ce matin ça gelait aussi pas mal dans la maison. J'avais déjà senti une sournoise inquiétude à mon réveil de ne pas avoir eu le souvenir ensommeillé du ronron de la chaudière toutes les 5mn45 durant 1mn15 (position 1).

Il était 8h, le chat pleurait ses croquettes, le voyant était rouge. J'avais dormi 2h de plus que d'habitude. Le gaz n'arrivait plus dans notre maison.

Je suis d'un naturel inquiet. Je tiens ça de ma mère qui le tenait de la sienne et on ne sait pas trop ce qui s'est passé avant. La glace aux fenêtres et les radiateurs froids ont toujours provoqué en moi une montée de stress. On ne se refait pas, même par ciel clair. Lorsque Dominique et Sarah se sont levées je les ai immédiatement fait profiter de mes connaissances en matière de relation russo-occidentales et des vieux dossiers ukrainiens faisant état des guerres énergétiquement menées. Ces fiottes de Dolcevita, on le voyait bien, étaient en train de perdre la bataille du gaz. ça n'était pas GDF qui aurait laissé faire ça.

Par acquit de conscience, comme disait mon père, j'ai tout de même composé leur 0812, histoire de bien me chauffer avec le message répété 37 fois durant les 18 minutes d'attente, les services étant débordés. J'attendais de pied ferme leurs excuses navrées du style: "Ce n'est que partiellement du ressort de notre volonté; nous sommes en guerre, monsieur, mais nous nous efforçons d'écourter votre attente".

A mon grand étonnement une voix ferme, polie, et néanmoins masculine m'a répondu alors que j'étais en train de faire fondre mon poêle à bois pour réchauffer le café. "Ce doit être votre vieux détendeur qui est grippé. Si vous le couvrez d'une vieille doudoune il peux reprendre 2 ou 3 degrés et repartir. Je vous envoie un technicien, de toutes façon, pour le remplacer par un neuf. Soyez indulgent avec lui; nous sommes débordés d'appels".

J'ai prélevé l'eau tiède du café pour remplir la bouillotte. En principe je hais notre bouillotte car elle me fait au plumard de la concurrence déloyale doublée d'une angoisse des fuites d'eau, mais là je lui ai tout pardonné en bloc. C'est fou comme on peut facilement oublier les petites vexations de la vie. Ma bouillotte chérie à pris place dans notre vieil oreiller pour se coller tout contre le détendeur malade et lui transmettre sa chaleur tiède. Le chauffage est revenu en 10 mn.

Deux jours auparavant nous avions été voir jouer les trois soeurs de Tchekov. 2 heures durant nous avions souffert du tourment de ces trois femmes survivant dans cet univers masculin. J'ai dit à Dominique que ce devait être un des grands bonheurs de la vie d'une femme d'avoir un homme à la maison qui savait si bien et en toute circonstance élever n'importe quel sujet à l'échelle planétaire, donner une dimension politique à l'arrêt brutal d'une chaudière et d'avoir de surcroit la grandeur d'âme de faire la paix avec sa bouillotte.

30 mn plus tard le réparateur de Dolcevita est venu remplacer le détendeur. La chaudière et le chat se sont mis à ronronner de concert. La vie à repris son cours normal.

Jean luc
Revenir en haut Aller en bas
 
Le grand froid de février
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum d'ADEPA :: Divers :: Le "coin" détente-
Sauter vers: